dimanche 23 août 2015

Sauce au chocolat express : crue, vegan, sans sucres ajoutés,...

ou comment sublimer une simple coupe de fruits, une boule de glace ou même un bête yaourt.
Tout est parti d'une envie de fraises et d'une grosse flemme aussi, avouons-le. Invitée à l'un de ces pot de départ où l'on est prié d'amener "ce que l'on a envie de manger". Pour moi, ce genre de retrouvailles est toujours un peu un casse-tête parce que le plus souvent (et ça n'a pas manqué cette fois-là), on se retrouve avec 10 paquets de chips (mais attention, des chips différents), 2 saucissons, 5 paquets de bonbons, 2 bouteilles de soda et 3 packs de bière.... Pour être sûre d'avoir au moins un petit truc à me mettre sous la dent, et équilibrer un minimum le repas, je prépare d'habitude des petites bouchées salées, des rouleaux de printemps,... Mais là, j'ai été prise d'une véritable flemmardite aiguë, et je n'avais aucune envie de cuisiner quoique ce soit. Heureusement, j'ai déniché dans le fond de mon frigo un reste d’houmous de courgette que je projetais d'apporter avec un assortiment de bâtonnets de légumes (qui se sont transformés en kilo de petites tomates - flemmarde jusqu'au bout-). Même si je sais bien que la plupart des gens se contentent de passer au supermarché trois minutes avant d'arriver, je trouvais ma contribution un peu faible, si bien que je me suis cassée la tête pour trouver une idée de dessert : 1 rapide, 2 assez léger 3 un peu festif quand même (déjà qu'avec mes tomates et mon houmous j'allais passer pour l'obsédée des légumes de service!). D'où l'idée de la sauce au chocolat, à accompagner originellement de brochettes de fruits (mais finalement de simples fraises, flemmardite oblige!).

Et pourquoi crue me direz-vous? Et bien tout simplement parce que, elle devait pouvoir être transportable facilement et rester liquide toute la soirée, ce qui n'est pas le cas des traditionnelles sauces au chocolat à base de chocolat en morceaux, de beurre et/ou de crème, qui se figent à température ambiante (quoiqu 'avec 35°C dehors, elle aurait presque pu rester liquide...). Et puis aussi, ne nous leurrons pas, parce que je n'avais aucune envie d'allumer la moindre source de chaleur, que je n'ai pas une passion pour ces sauces ultra-riches (et que le but non avoué était quand même d'améliorer ni vu ni connu la qualité nutritionnelle du repas) et que je me suis dit que c'était une bonne idée pour écouler mon reste de mangue séchée (la VRAIE raison, elle est là en fait!). Et vous savez quoi? tout le monde a adoré, moi la première et j'en ai d'ailleurs refait plusieurs fois depuis!
L'avantage de cette sauce, outre qu'elle est vite prête, est qu'elle se prête à toutes les déclinaisons possibles. La mangue apporte un petit goût exotique, mais on peut très bien lui substituer un autre fruit sec : abricots, ananas, dattes, pruneaux,... En revanche, je vous déconseille les figues ou les baies car les petits grains contenus dans ces derniers ne seraient pas agréables sous la dent.
Pour le liquide, on peut tout à fait mettre ce que l'on veut, selon l'envie du moment, le goût et la texture souhaitée. Pour une sauce un peu plus riche et forte en goût, utilisez du lait de coco, pour une sauce bien onctueuse, de la crème végétale, pour un petit goût praliné du lait de noisette,... et pour les plus démunis, ça marche aussi avec de l'eau, tout simplement (ou du café tiens, ça doit être pas mal non plus). Bref, laissez parler vos envies (et vos placards).
Si le cacao est un peu THE ingrédient essentiel, vous pouvez quand même, pour un petit goût un peu brulé, le remplacer en partie par de la poudre de caroube.
Je n'en consomme pas trop, mais je suppose que c'est la recette parfaite pour y glisser un peu de superaliment : poudre de baobab, lucuma, maca,... ou plus classiquement quelques pincées de vanille, de cannelle ou de cardamome.
Enfin, pour une texture un peu crunchy, on peut incorporer à la toute fin une poignée de noisettes, d'amandes ou de cacahuètes concassées, voir de biscuits type gaufrettes légèrement écrasés.

Pour 1 pot de sauce :
  • 60 g de mangue séchée (environ 180 g réhydratée)
  • 3 c. à s. de cacao
  • 5 à 10 cl de lait de noisettes (voir variantes)

La veille au soir ou quelques heures avant, mettre les mangues séchées à tremper dans un bol d'eau tiède.
Lorsqu'elles ont doublé de volume et se sont assouplies, les égoutter (garder l'eau de trempage pour parfumer une infusion ou une boisson).
Mixer finement les mangues pour obtenir une purée lisse. Ajouter le cacao et mixer à nouveau. Ajuster la consistance avec le lait végétal.
Servir de suite ou conserver au réfrigérateur.

Un délice sur une salade de fruits, une glace, des tartines (en ce cas, la faire un peu plus épaisse)....ou même à la petite cuillère!!
Rendez-vous sur Hellocoton !

jeudi 6 août 2015

Galettes de maïs, sauce crémeuse à l'avocat (vegan, sans gluten)

Encore une fois, une recette improvisée pour (tenter de) vider mes placards.Cela va devenir un running gag, mais il faut dire que mes placards sont très très pleins...et notamment de tout un tas de choses dont je ne sais pas trop comment elles sont arrivés là et que je n'ai absolument pas envie de manger, à l'instar de cette boîte de maïs en conserve. Autant j'apprécie un épis de maïs de temps en temps, autant le maïs en boîte bof bof. Je crois que ça me rappelle un peu trop les salades insipides de la cantine. Bref, tout ça pour dire que j'avais cette boîte qui trainait depuis un looong moment dans mon garde-manger (DLUO : novembre 2008 ou quelque chose comme ça alors c'est dire - preuve d'ailleurs en passant que manger des aliments en conserve après leur DLUO n'est pas toxique : je suis toujours là et (presque) en pleine forme!-).
La présence de farine de pois chiche fait de ces petites galettes un plat tout simple et bien nourrissant.
Pour 4 personnes :
Pour les galettes de maïs : 
  • 1 boite de 300 g de maïs doux
  • 80 g de farine de pois chiche
  • 125 ml de lait végétal (avoine, soja, riz)
  • 10 à 15 g de tomates séchées
  • 1 c. à c. de poudre à lever
  • 1 pincée de sel
Pour la sauce :
  • 1 avocat mûr à point
  • 1 citron
  • quelques gouttes de Tabasco
  • 1 belle pincée de sel rose
Préparer la pâte à galette : Egoutter le maïs et le rincer. Réhydrater les tomates séchées une quinzaine de minutes dans un peu d'eau chaude.
Dans un saladier, mélanger la farine de pois chiche, la poudre à lever et le sel. Ajouter petit à petit le lait végétal, pour délayer. Couper en petits dés les tomates séchées. Mettre les tomates dans la pâte. Mixer grossièrement.
Ajouter 1/3 du maïs et mixer à nouveau grossièrement : il reste des morceaux de tomates et de maïs.
Verser enfin de le reste du maïs et mélanger.
Laisser reposer 30 minutes.
Pendant ce temps, préparer la sauce : Presser le citron. Couper l'avocat en deux, éliminer le noyau et prélever sa chair à la petite cuillère. Placer l'avocat dans le bol du mixer avec un peu de jus de citron, quelques gouttes de Tabasco et une pincée de sel. Mixer pour obtenir une texture lisse.
Ajuster l'assaisonnement en citron, sel et Tabasco puis allonger la sauce avec un peu d'eau jusqu'à obtenir une sauce onctueuse.
Faire cuire les galettes : Faire chauffer une poêle légèrement graissée. Verser une petite louche de pâte et étaler un peu pour former une galette. Faire ainsi 3 à 4 galettes côte à côte. Laisser cuire à feu moyen-doux jusqu'à ce que la pâte prenne et que la face soit bien dorée (environ 3 à 5 minutes). Retourner et faire cuire de l'autre côté. Réserver les galettes au chaud et continuer jusqu'à épuisement de la pâte.
Servir les galettes avec la sauce à l'avocat.

Rendez-vous sur Hellocoton !

lundi 3 août 2015

Gaspacho melon tomates...

...au basilic et vinaigre balsamique.
Il est bien rare que je cuisine le melon : pour moi, le melon ça se mange comme ça, point barre. La seule "recette" que je concède à ce dernier c'est la salade de bille de melon (orange et vert) avec éventuellement un doigt de porto (ça, c'est quand mon père est dans les parages!). Mais là j'avais hérité d'un melon passablement défraichi à manger vite vite. Après avoir hésité entre le smoothie, la glace et le gaspacho, j'ai finalement tranché pour la dernière option. Ou plutôt, l'état de mes tomates m'a fait trancher pour la dernière option (et oui, les fruits et légumes dirigent ma vie). Mais bon, comme on ne se refait pas, j'y ai quand même ajouté un peu de balsamique et une touche de basilic
Dans ce cas précis, pour ce dernier, j'ai utilisé de l'huile au basilic gracieusement fournie par ma tante qui en prépare des litres chaque année en faisant infuser du basilic dans de l'huile d'olive. Cependant, comme mon fournisseur privé ne commercialise pas son produit, pour obtenir chez vous un résultat similaire (ou du moins très approchant), je vous conseille de faire votre propre huile parfumée au basilic en mélangeant 4 gouttes d'huile essentielle de basilic avec 50 ml d'huile d'olive. Technique testée (et approuvée) avec les produits de mes partenaires : l'huile essentielle La Comba aromatica et l'excellente huile d'olive Terre 2 Crète

Pour 4 personnes :
  • 1 beau melon
  • 800 g de tomates
  • 1 à 2 c. à s. d'huile d'olive au basilic*
  • 1 c.à s. de vinaigre balsamique
* pour réaliser une huile au basilic express mélanger 4 gouttes d'HE de basilic avec 50 ml d'huile d'olive première pression à froid.

Monder les tomates : Faire bouillir de l'eau dans un fait-tout. Y plonger les tomates 1 minutes puis les transférer dans un saladier d'eau froide. Attendre quelques minutes que la peau se décolle.
A l'aide d'un couteau pointu, retirer la peau des tomates, les épépiner et les couper en gros morceaux.
Placer les tomates dans une casserole et faire cuire une quinzaine de minutes à couvert.
Couper le melon en deux, l'épépiner en gardant le jus puis le couper en gros morceaux.
Mixer ensemble les tomates et le melon avec le jus recueilli, assaisonner et ajouter le vinaigre balsamique.
Réserver au frais au moins 2 h.
Au moment de servir, répartir le gaspacho dans les assiettes et verser dans chacune un peu d'huile d'olive au basilic.
Servir avec des croûtons et éventuellement des petits morceaux de feta.

Note : Pour une saveur un peu plus corsée n'hésitez pas à ajouter une poignée de tomates séchées lors de la cuisson des tomates. Je trouve que ce goût complète bien celui du vinaigre balsamique.
 
Astuce : Si vous ne disposez que de peu de temps devant vous, pour un refroidissement accéléré je vous conseille de couper le melon en gros morceaux et de placer ces derniers au congélateur pendant la cuisson des tomates. Une fois le gaspacho fait, il suffit de placer ce dernier une trentaine de minutes au congélateur pour obtenir une soupe bien froide. (Et si vous l'oublier, vous pourrez toujours en faire du granité).
Rendez-vous sur Hellocoton !

vendredi 24 juillet 2015

Bavarois framboise, base pistache (sans cuisson)

Avec les températures qu'il a fait ces derniers jours, pas vraiment envie d'allumer son four. D'où la tentation d'opter pour des desserts sans cuisson. Je dis bien sans cuisson et non pas cru (je ne veux pas me faire allumer par les adeptes de la "raw food") car j'utilise des ingrédients qui ont été chauffés à plus de 40°C. Car si sur le fond j'aime bien le concept, j'ai un petit problème avec la pâtisserie crue. On ne m'ôtera quand même pas de l'idée que faire un bavarois ou un cheesecake entièrement à base d'oléagineux c'est vite lourd, gras et pas très digeste...Enfin, en tout cas, moi ça ne me tente pas! C'est pourquoi, si j'ai repris l'idée pour la base de ces bavarois, en associant, comme classiquement dans la "crusine" un oléagineux et des dattes pour former le biscuit de base, j'ai préféré m'en tenir à ma recette "classique" de bavarois, à base de tofu soyeux. Ce dernier permet de remplacer la crème (que je renonce à monter en chantilly quand les températures atteignent de tels sommets), tout en gardant le coté mousseux. Cependant, à défaut, on peut très bien le remplacer par du yaourt de soja (en choisir un assez ferme), la texture sera juste un poil plus "lourde". Après, si vous avez le courage et une cuisine bien fraîche, ça marche aussi avec de la crème battue en chantilly!

Pour 4 personnes :
Pour la base : 
  • 90 g de pistaches
  • 2 dattes Medjool
Pour le bavarois :
  • 300 g de framboises
  • 300 g de tofu soyeux
  • 2 c. à s. de sucre blond (ou plus selon l'acidité des framboises)
  • 2 g d'agar-agar
  • 1 c. à s. d'huile de coco
Préparer le bavarois : Mixer les framboises pour les réduire en coulis et passer au chinois pour éliminer les pépins (les fainéant peuvent sauter l'étape tamisage).
Mettre le coulis obtenu dans une petite casserole, ajouter le sucre et l'agar-agar. Fouetter vivement puis faire chauffer à feu doux en tournant pour dissoudre le sucre. Porter à ébullition et laisser bouillir 1 minute.
Ajouter l'huile de coco dans le mélange chaud.
Dans un saladier, fouetter le tofu soyeux pour obtenir une texture lisse. Ajouter le mélange à la framboise et bien mélanger (au besoin, aidez-vous d'un batteur à œuf).
Réserver au frais.
Préparer la base crue : Dénoyauter les dattes, les couper en gros morceaux et les mixer avec les pistaches.
Monter les bavarois : Poser le/les cercles à pâtisserie dans le plat de service. Tasser au fond la base crue, en prenant bien soin de remonter un peu sur les bords pour qu'il n'y ai aucun espace entre le cercle et la pâte (sans quoi l'appareil à bavarois s’échapperait, le fourbe).
Sortir l'appareil à bavarois du frais, le fouetter à nouveau et le verser sur la base crue.
Faire prendre au frais au moins 12h.
Au moment de servir, enlever délicatement le cercle à pâtisserie et décorer de quelques framboises. 

Note : On peut décorer les bavarois d'un glaçage à la framboise, coulé une fois le dessus du bavarois un peu pris. Ma recette : 250 ml de coulis de framboise (maison dans l'idéal) + 1/2 c. à c. d'agar-agar, porté à ébullition 1 minutes puis refroidi 15 minutes.


Rendez-vous sur Hellocoton !

lundi 13 juillet 2015

Sablés praline, huile d'olive et fleur d'oranger

De sa période lyonnaise, ma sœur a rapporté dans ces bagages des fameuses pralines lyonnaise, base de la fameuse tarte à la praline et brioche de Saint-Genix. Mais comme à la maison personne n'est vraiment fan de ce genre de confiserie somme toutes assez chimiques (il n'y a qu'a voir la couleur....), le paquet a du mal à diminuer. Je ne sais plus comment l'idée nous est venue de les incorporer dans des sablés et de les associer à de l'extrait d'eau de fleur d'oranger, mais il faut avouer que c'était une belle réussite. Depuis, nous en faisons assez souvent lorsque nous devons apporter un petit truc : facile et rapide, ces sablés font toujours sensation dans les diners (et comme ça on en profite, ni vu ni connu pour écouler notre stock de pralines!).
Pour donner une belle saveur fruitée à ces biscuits, j'ai utilisé la délicieuse huile d'olive crétoise de mon partenaire Arnaud Gillet.

Pour une quinzaine de sablés :
  • 150 g de farine de blé
  • 3 c. à s. d'huile d'olive
  • 40 à 50 g de sucre
  • 50 g de brisures de pralines
  • 2 c. à s.d'extrait naturel d'eau de fleur d'oranger
  • 125 g de yaourt
Dans un saladier, mélanger la farine, le sucre et les brisures de pralines.
Ajouter l'huile d'olive et mélanger du bout des doigts pour sabler la pâte.
Dans un petit bol, mélanger le yaourt et l'eau de fleur d'oranger. Incorporer au mélange précédent en pétrissant légèrement, jusqu'à ce que la pâte forme une boule. On obtient une pâte assez molle, cependant, si elles vous semble vraiment trop collante, ajouter un peu de farine.
Étaler la pâte sur une épaisseur d'environ 0,5 mm. Découper les sablés à l'emporte-pièce et les disposer sur une plaque à pâtisserie recouverte d'une feuille anti-adhésive.
Laisser reposer quelque temps au frais (facultatif).
Glisser la plaque dans le four préchauffé à 180°C et faire cuire une dizaine de minutes.
Sortir les sablés du four, attendre quelques instants que le sucre sorti des pralines se solidifie et transférer les biscuits sur une grille à pâtisserie.
Conserver dans une boite en fer.

Note : L'étape de passage au réfrigérateur est facultative mais permet de découper plus facilement les biscuits.

Recette réalisée dans le cadre d'un partenariat avec Terre de Crète
Rendez-vous sur Hellocoton !

jeudi 9 juillet 2015

Cookies miso chocolat

"Quoi, du miso dans des cookies au chocolat, mais elle est complètement barrée cette fille!". Non non, ne niez pas, je vous entend d'ici vous exclamer devant votre écran. Et je vous répondrai :
1) oui, je suis folle (mais j'assume)
2) on fait bien des gâteaux au chocolat au beurre salé, alors pourquoi pas des cookies au miso?
3) c'est MA cuisine, je fait ce que je veux
4) c'est une pure tuerie....je dis ça, je dis rien. Si tu veux pas goûter, ça en fera plus pour moi.

Pour une vingtaine de cookies :
  • 200 g de farine (blé, épeautre,...)
  • 80 g de sucre complet
  • 1 c. à c. de poudre à lever (ou 1 c. à c. de bicarbonate + 1 c. à c. de vinaigre ou de jus de citron)
  • 3 c. à s. de fécule
  • 3 c. à s. d'eau
  • 1 belle c. à c. d' hatcho miso
  • 60 g de chocolat noir
  • 60 g d'huile végétale neutre (huile de pépin de raisin ici)
  • 2 à 4 c. à s. de lait végétal (ou d'eau)
  • 60 g (ou plus) de chocolat à 70 % de cacao minium ou de pépites de chocolat *
*Personnellement, je préfère découper moi-même mes pépites de chocolat car d'une, c'est difficile de trouver des pépites de chocolat à 70 %, bio et équitables, de deux, ça fait un truc de moins dans mes placards, de trois (et c'est sans doute la vraie raison), cela me permet de faire des vraiment GROS morceaux...
Mélanger la fécule et l'eau pour obtenir une préparation homogène.
Faire fondre 60 g de chocolat.
Délayer le miso dans le mélange fécule-eau. Ajouter le chocolat fondu puis l'huile et le lait végétal.
Dans un autre saladier, mélanger la farine et le sucre complet. Ajouter la levure (ou le bicarbonate).
Couper le chocolat restant en petits (gros) morceaux et l'incorporer au mélange sec..
Mélanger le contenu des deux saladiers pour former une pâte. A besoin, rajouter un peu de liquide, mais éviter de trop travailler la pâte.
Réserver au frais au moins une heure.
Faire chauffer le four à 180°C.
Façonner des petites boules de pâte de la taille d'une noix entre vos deux paumes, les disposer sur une plaque à pâtisserie recouverte d'une feuille anti-adhésive puis les écraser légèrement du plat de la main.
Enfourner pour 8 à 10 minutes (les cookies doivent rester légèrement mous). Sortir du four et laisser refroidir 10 minutes avant de transférer sur une grille à pâtisserie.


Rendez-vous sur Hellocoton !

dimanche 5 juillet 2015

Tarte tomates, fraises parfum basilic

Quand comme ces derniers jours il fait chaud chaud chaud, on a envie de frais frais frais. Et le soir en rentrant du boulot, on a surtout envie de pouvoir rentrer chez soi et de s'effondrer dans la fraîcheur (relative) de son salon avec un verre d'eau fraîche, pas de se mettre à préparer à manger. Alors certes, dans ces cas-là il y a bien la solution salade, mais comme c'est souvent celle pour laquelle on a opté le midi, personnellement j'ai envie d'un peu de variété. Et là je sors ma botte secrète : la tarte salée. Relativement à rapide à préparer le matin à la fraîche, quand il est encore envisageable d'allumer son four, on peut largement en faire pour plusieurs jour et au moment du dîner, hop, y a plus qu'à la sortir du frigo, assaisonner la salade verte qui va avec et c'est parti. Parmi toutes ces tartes d'été, la tarte à la tomate est un grand classique. Mais cette fois-ci, pour changer un peu, j'ai voulu tester l'association tomates - fraises. Oui oui, dans une tarte salée, avec une pointe de basilic pour rafraîchir le tout et faire le plein de saveurs. Et vous savez quoi? C'est drôlement bon (et frais par dessus le marché !).

Pour 4 personnes :
Pour la pâte au basilic :
  • 200 g de farine
  • 4 c. à s. d'huile d'olive
  • 1 goutte d'huile essentielle de basilic
  • 1 pincée de sel
  • eau
Pour la garniture :
  • 300 g de fraises parfumées
  • 300 g de tomates
  • sel
Préparer la pâte : Dans un petit bol, mélanger l'huile d'olive avec l'huile essentielle de basilic.
Dans un autre récipient, assembler la farine et le sel. Verser l'huile au basilic, mélanger avec les doigts pour sabler la pâte. Ajouter un peu d'eau pour former une boule de pâte. Réserver au frais.
Préparer la garniture : Rincer les fraises à l'eau courante et les couper en grosses tranches (ou en deux si elles sont petites). Laver les tomates et les couper en deux ou en rondelles selon la taille.
Dans une assiette creuse, mélanger les fraises et les tomates, saler légèrement laisser macérer 30 minutes environ.
Préparer la tarte : Etaler la pâte sur le plan de travail fariné. En foncer un moule à tarte graissé.
Répartir dessus les rondelles de tomate et de fraise, en laissant de coté le jus qu'elles auront rendu.
Enfourner à four 180°C et faire cuire une vingtaine de minutes.
Déguster tiède ou froid.

Recette réalisée dans le cadre d'un partenariat avec La Comba Aromatica

Edit :  Cette recette participe au Cuisine à thème de juillet, qui porte sur la tomate. Ce groupe facebook prend la suite des célèbres Culinoversions, n'hésitez pas à vous y inscrire pour participer ou vous inspirer...
Rendez-vous sur Hellocoton !