mercredi 10 février 2016

Pizza aux choux de Bruxelles et basilic/ Rosenkohlpizza mit Basilikum

(Deutsch Version unter)
Contrairement à de nombreuses personnes, je n'ai pas été traumatisée dans mon enfance par les choux de Bruxelles (par contre par les endives cuites, oui, mais c'est une autre histoire). Au contraire, c'est un légume que j'aime beaucoup et que je cuisine très volontiers. Seulement comme en France, on en trouve quand même relativement difficilement, j'avais tendance à toujours les préparer de la même façon, à l'étouffée avec carottes et oignons. Mais comme les Rosenkohl comme on les appelle, sont beaucoup plus facile à trouver ici, j'ai pu élargir mon répertoire.Avouez que Rosenkohl ("chou rose" comme la fleur) ça vend plus du rêve comme nom que chou de Bruxelles. C'est peut-être pour cela qu'ils sont plus populaires?
Alors que je prétendais ne pas faire beaucoup de pizza, j'ai été prise ces derniers temps d'une frénésie. Je ne sais pas si vous êtes comme moi, mais personnellement, en matière de cuisine (comme dans d'autres choses d'ailleurs), je fonctionne par phase. Il faut croire que j'étais dans ma phase pizza (elle commence à décliner et j'ai enclenché la phase "légumes au four"). Puisque ce n'est pas plus la saison des tomates que le mois dernier, j'ai continué sur la lancée pizza d'hiver avec un essai de pizza aux choux de Bruxelles. Pour ne pas être quand même complètement à coté de la plaque, j'ai pris soin d'y ajouter une petite touche italienne et estivale avec la crème de tofu au basilic. Et oui, les choux de Bruxelles se marient étonnamment bien avec la saveur du basilic. Je l'avais découvert en arrosant mes petits choux d'huile d'olive au basilic, et cette pizza n'a fait que renforcer mon opinion.

Rendez-vous sur Hellocoton !

mercredi 3 février 2016

Kreppel, Krapfen ou Berliner vegan

(Deutsch Version unter)
On ne peut pas vraiment dire que je sois une grande fan des beignets et autres trucs frits, mais, vivant à Mayence, je pouvais difficilement passer à coté de ce grand classique du carnaval. Car si en France, on se contente d´un vague défilé de l´école maternelle pour mardi gras, en Allemagne, le carnaval, ou Fastnacht, comme on dit ici, c´est LA grande affaire de l´hiver, et particulièrement à Mayence. C´est ici une véritable institution, et le Mainzer Fastnacht est réputé dans l´Allemagne entière. Cela fait déjà plus d´un mois que les journaux régionaux lui consacrent quotidiennement plusieurs pages et que les vitrines des boutiques affichent leur offre de déguisements de plus ou moins bon gout, il faut bien le dire! Quand vous croisez des gens dans la rue, leur première question est : "Was machst du für Fastnacht?" (que fais-tu pour le carnaval ?). Mon chef prétend meme qu´assister au défiler du Rosenmontag est inscrit dans mon contrat !!
Pour en revenir à nos Kreppel (ou Krapfeln ou Berliner, personne n´arrive à se mettre d´accord sur le nom), j´ai ici végétalisé la recette de famille de la voisine d´une de mes collègue de travail, pour une version (presque) authentique ! Afin de ne pas prendre de risque, j´ai simplement remplacé le lait par du lait de soja et la recette contenant déjà de la margarine, il m´a suffit d´en prendre une végétale. Je ne suis d´habitude pas pour l´utilisation de ce genre de produit hyperindustrialisé, je préfère utiliser de l´huile végétale ou des purées d´oléagineux, mais je ne voulais ici m´approcher au plus de la recette classique.

Rendez-vous sur Hellocoton !

mercredi 27 janvier 2016

Petits cakes tomates confites et anis (en bocal)

Je dois avouer que l'association graines d'anis-tomates confites est pour le moins le fruit du hasard... ou plutôt de ma grande étourderie, distraction, négligence, appelez ça comme vous voulez. Et oui, c'est que à force de tout mettre en bocaux, on s'y perd! Surtout lorsque comme moi, on a la mauvaise habitude de ne pas les étiqueter (je sais, c'est mal). Et il suffit d'être un peu fatigué, un moment inattention et hop, on confond graines de cumin et graines d'anis! (Rassurez-vous tout de même, je ne peux pas prendre le sel pour du sucre, car je n'achète que du sucre complet et du sel aux herbes! il faudrait que je n'ai pas les yeux en face des trois pour me tromper à ce point).
Rendez-vous sur Hellocoton !

lundi 18 janvier 2016

Lasagnes au potimarron

Contrairement à la dernière fois, le terme de lasagne n'est pas usurpé, car j'ai réussi à trouver des plaques de lasagnes fraiches. Cependant je doute qu'ici encore, les Italiens reconnaissent leur plat traditionnel. Quoique, j'ai tendance à penser que dans les familles italiennes, les lasagnes, c'est un peu comme la quiche ou le gratin chez nous, on y met tout et n'importe quoi. Y aurait-il des Italiens parmi mes lecteurs pour confirmer ma théorie?
Du coup, comme je n'avais pas envie de me lancer dans des lasagnes bolognese ou autre du même acabit qui aurait nécessité que je ressorte faire de courses (bien que j'ai une recette de lasagnes aux épinards proprement succulente), je me suis tournée vers mes fonds de frigo/placard pour composer cette petite recette. Vu le nombre de mes recettes qui en font usage, je crois que ce n'est un secret pour personne, que le potimarron, j'adore cela! Après l'avoir farci, cuisiné en soupeen pizza, et même en tartelettes sucrées, il me semblais donc presque couler de source de m'en servir pour garnir ces lasagnes d'hiver. On pourra dire que cette année, cela aura été l'année du potimarron (et ce n'est pas fini à mon avis!).
 

Rendez-vous sur Hellocoton !

samedi 9 janvier 2016

Pizza au potimarron et tofu fumé

La pizza (tout au moins la pizza faite maison) rime pour moi avec été, soleil et tutti quanti. D'ailleurs, ma pizza préférée est celle aux légumes grillés : de fines tranches d'aubergines, de courgettes et de tomates sur un fond de sauce, avec plein de câpres et de fonds d'artichauts (un jour, si vous êtes sages, je vous donnerais la recette). Mais bon, il faut se faire une raison, les aubergines, c'est bel et bien fini (et depuis un petit moment déjà). Donc assouvir mes envies de pizza sans encourager la culture sous serre, j'ai tenté une version plus hivernale dirons-nous. Je suis presque sûre qu'un  Italien sauterait au plafond en voyant ma recette car aucune trace ici de sauce tomate et/ou de mozzarella, qui font quand même l'âme de la pizza napolitaine, j'en suis consciente. Toutefois, j'ai gardé quelques ingrédients "traditionnels" : les câpres, l'huile d'olive, le basilic... et j'y ai même ajouté du vinaigre balsamique, si c'est pas italien ça! (bon, on passe sous silence la sauce soja pas franchement typique du pays de Rossini). D'ailleurs la citrouille, c'est italien aussi, si, si, c'est "La cuillère d'argent" qui le dit alors....

Rendez-vous sur Hellocoton !

lundi 28 décembre 2015

Frites de patates douces parfum d'Orient (au four)

Autant les frites à la friteuse, je n'y vois que des inconvénients (c'est long à préparer, la maison entière sent le graillon, on met des heures à nettoyer la friteuse sans compter que sur le plan diététique, on fait mieux), autant les frites au four, je n'y vois que des avantages (c'est rapide, la maison embaume, on met trois minutes top chrono à laver la grille et en plus, on se fait plaisir sans se boucher les artères). Alors si en plus, on remplace les traditionnelles pommes de terre par des patates douces, je crois que je pourrais en manger toute la semaine. Rapide, facile et légère, c'est la recette parfaite pour ces lendemains de fêtes où l'on a envie de tout, sauf de cuisiner (surtout si on a un peu abusé des bonnes choses comme qui dirais). D'ailleurs, elle est aussi parfaite pour les soirs de flemme.
La saveur légèrement acide du sumac se marie parfaitement avec la sauce au citron et au yaourt, qui apporte une touche de fraicheur. Avouez que cela donne plus envie que les frites au ketchup non ?

Rendez-vous sur Hellocoton !

jeudi 17 décembre 2015

Flammeküche vegan, en trois versions

Autant la Flammenküche traditionnelle ne m'a jamais tenté (faut dire que le combo crème fraiche et lardons, ça a jamais été trop mon truc), autant lorsque j'ai vu passer une variante végétalisée chez CheeryPepper, j'ai bien eu envie d'essayer.
Parce que ce n'est pas parce qu'on fait dans le vegan et le revisité qu'il ne faut pas coller à la tradition, j'ai été bien surprise, lors de mes recherches, de constater que la pâte de la véritable flammenküche alsacienne n'étais pas comme je le pensais, une pâte levée genre pâte à pizza, mais ne contenait aucune levure...
Je vous propose ici trois versions : une "classique", collant au plus près de la version originale, une forestière, aux champignons, version qui s'est développée ces dernières années et enfin une version "flamiche", avec des poireaux (ne me demandez pas pourquoi, dès que j'ai vu la recette, j'ai voulu essayer avec des poireaux). D'ailleurs, pour les allergiques aux oignons, dans cette dernière version, vous pouvez très bien zapper complètement ces derniers. Bon après, évitez peut-être de la présenter votre flammenküche ainsi revisitée à des Alsaciens, sous peine de passer pour un véritable hérétique !

Rendez-vous sur Hellocoton !