mardi 19 juillet 2016

Soupe crue courgette avocat basilic

Une chaleur étouffante, un emploi du temps rempli à craquer, des projets dans tous les sens... Autant de raisons pour cette petite improvisation de soupe crue, une première chez moi. L'avocat apporte l'onctuosité, le pamplemousse et le basilic la fraicheur... Pour un repas complet mais express, on peut  l'accompagner de pain intégral, ou d'un steak végétal et il restera même de la place pour un bon dessert (pourquoi pas une crème glacée???).



Pour 1 personne :
  • 1/2 avocat
  • 1 belle courgette 
  • 1/2 pamplemousse
  • 1 belle poignée de feuilles de basilic
  • sel
  • ev. piment en poudre ou Tabasco

Peler le pamplemousse à vif et recueillir le jus. Détacher les suprêmes.
Dans le bol d'un mixer, mettre le demi avocat, la courgette coupée en petits dés, le jus du pamplemousse ainsi que un ou deux quartiers du fruit, le basilic émincé en en réservant quelques feuilles et un peu de sel. Mixer le tout jusqu'à obtenir une texture lisse. Ajouter un peu de piment ou de Tabasco et mélanger à nouveau.
Ajuster éventuellement la consistance en ajoutant un peu d'eau, selon que vous aimez la soupe veloutée ou liquide.
Verser la soupe dans un bol, parsemer du basilic restant et déguster avec le reste du pamplemousse.

Variante 1 : Si vous n'avez pas de pamplemousse, utiliser à la place du jus de citron.

Variante 2 : On peut remplacer le basilic par une belle cuillère à soupe d'algues séchées. Dans ce cas, oublier le piment, mais saupoudrer le dessus de la soupe de spiruline.
Rendez-vous sur Hellocoton !

dimanche 17 juillet 2016

Biscuits citron basilic

Le citron est un ingrédient de base chez moi, un de ces ingrédients que je m'efforce d'avoir toujours sous la main. C'est pourquoi je les achète le plus souvent par lot de quatre ou cinq (surtout qu'ils sont moins chers ainsi). Et d'habitude, cela ne pose pas de problème, ils attendent bien tranquillement sur le plan de travail que vienne leur tour d'être zestés, pressés,... Mais cette fois-ci, j'ai du tomber sur un lot particulièrement mauvais, car au bout de quelques jours, ce n'est pas un ni deux, mais presque trois de mes précieux citrons qui se sont couverts d'une (peu) gracieuse pourriture bleue. Ne voulant tout de même pas gâcher ces précieux citrons, je me suis mise en quête d'une recette n'utilisant que l'intérieur de ces agrumes. Après avoir (longuement) hésité entre un curd, une confiture ou un cake, je me suis finalement décidée pour ces petits biscuits tout simples.



Pour une dizaine de biscuits :
  • 175 g de farine semi-complète
  • 50 à 75 g de sucre (selon l'aicidité des citrons et votre appétance pour le sucré)
  • 2 belles c. à s. d'huile de coco
  • une poignée de belles feuilles de basilic (ici 5-6 grosses feuilles)
  • 1 c. à c. de poudre à lever
  • 2 à 3 citrons fatigués selon la grosseur
  • 25 à 50 g de sucre glace
Éplucher les citrons en enlevant aussi la partie blanche. Si la peau est encore belle, la mettre de coté pour s'en servir dans des marinades ou pour parfumer de l'eau, du thé....
Mixer la chair des citrons (penser à enlever les éventuels pépins) avec 1 cm de zeste et le sucre.
Laver puis ciseler le basilic, l'ajouter la à chair de citron et mixer de nouveau rapidement pour bien mélanger.
Dans un saladier, mélanger la farine et la levure. Ajouter l'huile de coco puis travailler à la main pour obtenir un sable.
Verser au milieu les 2/3 du mélange citron-sucre-basilic. Mélanger à la main pour former une pâte qui se tienne. Au besoin, rajouter un peu de mélange au citron.
Façonner un boudin d'environ 4 cm de diamètre avec la pâte, l'envelopper dans un torchon propre et la laisser reposer au réfrigérateur au minimum une heure. La pâte doit être assez dure.
Sortir la pâte du réfrigérateur et découper des rondelles d'environ 0,5 cm d'épaisseur. Placer les biscuits sur une plaque de four recouverte de papier anti-adhésif.
Faire cuire une dizaine de minutes à 180°C. Les biscuits doivent être légèrement dorés.
Laisser les biscuits refroidir sur une grille et préparer le glaçage.
Incorporer graduellement le sucre glace tamisé au reste du mélange citron-basilic jusqu'à obtenir une consistance qui nappe la cuillère.
Étaler le glaçage sur les biscuits, laisser sécher sur une grille.

Rendez-vous sur Hellocoton !

lundi 20 juin 2016

Gâteau fondant au chocolat et aux griottes

Ceux qui me connaissent vous le dirons, je suis loin d'être une chocolaholic. Pourtant, ces derniers temps, j'ai été prise d'une envie de gâteau au chocolat tenace (un manque de magnésium peut-être?). Mais attention, pas n'importe quel gâteau au chocolat, un gâteau au chocolat bien fondant, avec une dose de fruits rouges au milieu... Mission réussie avec ce gâteau fourré aux griottes. Comme nous ne sommes pas encore au temps es cerises, j'ai utilisé des griottes en conserve, mais en saison, je ne manquerai pas de réessayer avec des fruits frais. D'ailleurs, si elles ne venaient pas de l'autre bout du monde, j'aurais bien tenté ce gâteau avec des framboises....je suis sûre que cela doit être pas mal non plus!
Une fois n'est pas coutume, j'ai réalisé ici un glacage. Ce dernier apporte un moelleux en plus, c'est pourquoi, pour un gâteau vraiment fondant, je vous déconseille de vous en passer.


Rendez-vous sur Hellocoton !

mercredi 15 juin 2016

Salade croquante de quinoa, radis, abricots secs et curry

Si le quinoa est une (pseudo)-céréale que j'affectionne, elle ne s'invite pas souvent à ma table étant donné son prix. Un kilo de quinoa, ça coûte bien deux fois celui d'un kilo de riz (c'est peut-être d'ailleurs pour cela que l'on trouve rarement le quinoa en paquet de 1kg?)!!! Heureusement j'ai la chance à Mayence d'avoir un magasin qui vend des produits en vrac (une rareté en Allemagne), Unverpackt Mainz. Cela me permet de m'offrir de temps en temps le luxe d'une portion de quinoa. Comme je n'en achète qu'un petit peu, cela ne fait pas de trou dans le porte-monnaie! Mais du coup, je réfléchi à deux fois avant de le cuisiner. Cette salade s'inspire en fait d'une salade que j'avais acheté l'année dernière chez Monoprix, l'une des (très très) rares fois où je ne m'étais pas préparé de lunch-box. Malgré le quinoa pas tout à fait assez cuit  (faut pas trop en demander non plus), j'avais beaucoup aimé son association avec l'abricot et le curry. Du coup, j'ai (re)tenté l'expérience et bien que ma salade ne ressemble plus que de très loin à celle dont je me suis inspirée, je suis assez contente du résultat!
Cette salade est parfaite pour emporter au bureau ou lors des piques-niques pour changer du sempiternel taboulé (surtout si vous faites la version spécial fauchés).
 Pour 1 personne :
  • 60 g de quinoa
  • 2 à 3 abricots secs
  • 1/2 pomme acidulée
  • 4 gros radis roses
  • quelques amandes (facultatif)
  • 1 c. à c. d'huile d'olive
  • 1 c. à c. de jus de citron
  • 1/2 c. à c. de moutarde
  • 1/2 c. à c. de curry (à adapter selon la force de votre curry)
Faire cuire le quinoa : le placer dans une casserole avec deux fois et demi son volume d'eau. Couvrir, porter à ébullition et faire cuire entre 10 et 15 minutes, que les grains soient translucides.
Pendant ce temps, mettre les abricots secs à tremper dans un peu d'eau.
Rafraichir le quinoa.
Couper la pomme et le chou-rave en petits bâtonnets. Couper deux abricots en petits dés.
Préparer la sauce : mixer ensemble le dernier abricot, la moutarde; l'huile, le jus de citron et le curry. Ajouter éventuellement un peu d'eau de trempage des abricots pour obtenir une texture fluide.
Mélanger le quinoa avec les bâtonnets de pomme, de chou-rave et d'abricot sec. Ajouter les amandes puis verser la sauce et bien mélanger pour imprégner la salade.
Laisser reposer au moins 30 minutes. Servir frais.

Variante spécial fauchés : Remplacer le quinoa par de la semoule. Dans ce cas, réhydrater directement les dés d'abricots secs avec la semoule.

Variante estivale : Remplacer les abricots secs par des frais.

Rendez-vous sur Hellocoton !

mercredi 8 juin 2016

Traubensaftkuchen (Gâteau au jus de raisin)

Comme un Rotweinkuchen... mais sans Rotwein!
Connaissez-vous le Rotweinkuchen? Peut-être moins connu que le Käsekuchen, il appartient pourtant tout comme lui au patrimoine culinaire de l'Allemagne. Toute bonne famille allemande qui se respecte a SA recette de Rotweinkuchen, un gâteau au vin rouge et aux épices, souvent agrémenté comme ici de chocolat.
Vous vous imaginez bien que je ne pouvais pas passer à côté! Mais bon, comme je ne bois pas de vin et que je n'avais aucune envie d'en acheter une bouteille, d'en utiliser un quart et de ne plus savoir que faire du reste (et puis en bonne fille d'Arbois,  je persiste à penser qu' acheter du vin rouge en Allemagne c'est un peu une hérésie), j'ai remplacé le traditionnel vin rouge par du jus de raisin de même couleur. Ceux qui me connaissent dirons "oui mais tu ne bois pas de jus de fruit non plus!". Bien vu! mais j'ai profité d'un reste qui trainait dans le réfrigérateur du bureau et qui menaçait d'être jeté à la poubelle pour satisfaire mes envies. (Au passage, c'est aussi pourquoi ce gâteau contient de la margarine, là encore, un reste rescapé de la poubelle!).
J'avoue que comme je voulais me rapprocher au plus près de la recette traditionnelle, je n'ai pas été très aventureuse, et j'ai réalisé (presque) à la lettre une recette trouvée dans le livre Kaffee Klatch. Je me suis contentée d'adapter les proportions à mes goûts, notamment en réduisant la dose de sucre de moitié et en ajoutant de la cannelle et des pépites de chocolat. Et puis comme je n'avais pas assez de margarine, j'ai ajouter un peu de chocolat fondu dans la pâte.... Il doit d'ailleurs être possible de ne pas utiliser de margarine en remplaçant celle-ci par du chocolat fondu et peut-être un peu d'huile (et du coup de réduire encore un peu le sucre et de supprimer le cacao). A tenter à l'occasion.
En tout cas, ce gâteau, apporté au bureau (bah oui quand même, il fallait bien leur prouver qu'il était encore bon, leur jus de raisin!) a beaucoup plus. Pour ma part, j'ai particulièrement apprécié sa texture superbe, tendre et moelleuse à souhait.
 Pour 1 gâteau d'environ 20 cm de diamètre :
  • 70 g de margarine*
  • 15 g de chocolat noir
  • 100 g de sucre
  • 1 pincée de vanille en poudre
  • 300 ml de jus de raisin rouge
  • 200 g de farine 
  • 15 g (1 paquet) de levure chimique
  • 2 c. à s. de cacao 
  • 1 à 2 c. à c. de cannelle en poudre
  • 75 g d'amandes en poudre
  • 50 g (ou plus) de chocolat noir haché 
* Pour une version sans margarine, la remplacer par de l'huile de coco désodorisée (ou non, selon vos goûts!)
Préchauffer le four à 200°C.
Graisser un moule d'une vingtaine de cm de diamètre (ou de 25 cm de long pour un moule à cake)
Faire fondre la margarine avec le chocolat sur feu doux. Sortir du feu et y faire fondre le sucre. Verser 200 ml de jus de raisin et mélanger.
Dans un saladier, mélanger les ingrédients secs : farine, vanille en poudre, cacao, cannelle, levure et poudre d'amande. Verser le contenu du saladier dans le jus de raisin au chocolat. Mélanger.
Ajouter enfin petit à petit les 100 ml de jus restant, puis le chocolat haché.
Verser la pâte dans le moule graissé et baisser le four à 180°C et faire cuire 1 h. La lame d'un couteau plantée au cœur doit ressortir sèche.
Laisser refroidir dans le moule avant de démouler.




Rendez-vous sur Hellocoton !

mercredi 1 juin 2016

Crumble de rhubarbe et betterave

J´ai beau adorer la rhubarbe, chaque année, je suis à la recherche d´idée pour la déguster autrement qu´en bête compote ou crumble nature (la tarte à la rhubarbe classique, avec de la crème, c´est pas trop mon truc). L´année dernière, je l´avais associé au vinaigre balsamique et découvert que l´on pouvait aussi la manger salée. Cette année je retourne dans le sucré et le crumble, mais en l´associant à la betterave rouge. Je ne sais pas trop comment l´idée de cette association m´est venue mais en tout cas, ces deux légumes (car la rhubarbe est un légume oui oui) vont très bien ensemble : la douceur de la betterave compense agréablement l´acidité de la rhubarbe. Et puis la couleur que cette racine donne à la compote vaut déjà son pesant d´or!

Pour 2 personnes :
Pour la croûte :
  • 1 belle c. à s. de farine intégrale 
  • 1 belle c. à s. de farine de souchet 
  • 1 c. à s. de purée de noisette 
  • 1 c. à s. de sucre (facultatif) 
 Pour la garniture :
  • 2 tiges de rhubarbe 
  • 1 petite betterave rouge crue*
  • 1 à 2 c. à s. de sucre complet (selon l’acidité de la rhubarbe) 
* On peut aussi se servir d´une betterave cuite, mais le goût et la couleur seront moins intenses!
Quelques heures à l'avance, faire mariner la rhubarbe : peler la rhubarbe et la couper en petit tronçons. La placer dans un saladier avec 1 c. à s. de sucre. Mélanger pour bien enrober les morceaux et laisser mariner au moins 2 heures.
Préparer la garniture : Placer la rhubarbe marinée dans une petite casserole, avec son jus. Laver la betterave et la couper en tranches fines. Placer les tranches sur la rhubarbe et faire cuire à couvert une vingtaine de minutes à feu doux, en remuant de temps en temps et vérifiant que la rhubarbe n’accroche pas. Au besoin, ajouter un peu d’eau.
Préparer la croûte : Dans un saladier, mélanger les deux farines et le sucre si vous en mettez. Ajouter la purée de noisette, sabler du bout des doigts. Au besoin, ajouter un peu d’eau pour obtenir un beau crumble. Vérifier que la compote de rhubarbe est assez sucrée à votre goût. Répartir dans un petit plat à four les tranches de betteraves et la purée de rhubarbe.
Parsemer de pâte à crumble et enfourner pour une vingtaine de minutes à 180°C.
Déguster tiède ou froid, avec un peu de yaourt de soja.
Rendez-vous sur Hellocoton !

jeudi 26 mai 2016

Crêpes de pois chiche à l'ail des ours aux asperges (sans gluten)

Alors que d'habitude je me contente de récolter l'ail des ours presque feuille à feuille dans mon jardin, il y a peu j'ai hérité d'une grande assez quantité de cette petite herbe aromatique : presque deux gros bouquets !! Alors bien sûr j'ai fait un ou deux pots de "pesto" (ail des ours, noix de cajou, jus de citron), mais il m'en restait quand même encore un peu... J'ai eu beau en parsemer tout mes plats pendant 3 jours, je n'arrivait pas à en venir à bout, et je le voyais se flétrir à vue d’œil. Du coup, j'ai employé les grands moyens et je me suis lancée dans une recette de crêpes de pois chiche parfumées à l'ail des ours et fourrées aux asperges.
Oui, parce que les Spargels, en Allemagne (ou en tout cas en Rhénanie-Palatinat), c'est toute une histoire... Spargel-Zeit, Spargel-Zeit!! Depuis déjà quelques semaines maintenant fleurissent dans les rues de petits cahutes proposant des asperges (avec quelques fraises parfois pour faire bonne figure) : chaque marchand en a le plus souvent plusieurs sortes, à plusieurs prix. Un producteur sur le marché propose notamment des "Suppen-Spargel" (je suppose que ce sont les asperges qui ne leur semblent pas assez belles pour figurer telles quelles sur la table) à 2 € le kilo. Oui oui, vous avez bien lu, je n'ai pas oublié de zéro... Alors il est vrai que chaque semaine je me laisse tentée, d'autant plus qu'elles me paraissent tout à fait belles à moi, ces asperges de seconde classe, et j 'achète une grosse poignée d'asperges...dont je ne sais souvent plus quoi faire une fois rentrée chez moi. En France, les asperges sont tellement chères, qu'elles restent tout de même un luxe et que nous les dégustons simplement cuites à l'eau accompagnée d'une petite sauce...Mais bon, une fois ça va, ensuite, on a envie d'un peu de variété. Je me retrouve donc à me creuser la tête pour savoir comment écouler mes asperges, le comble tout de même !!
Bref, d'où la présence des asperges dans cette recette, car j'avais déjà testé (et apprécié) l'association ail des ours-asperges. Une association printanière mais bien éphémère, car tant l'un que l'autre ont une saison relativement courte....

Pour 4 personnes :
  • 150 g farine de pois chiche
  • 1 pincée de sel
  • 15 à 20 cl d'eau
  • 1/2 bouquet d'ail des ours
  • 2 avocats bien mûrs
  • jus d'1/2 citron
  • env. 500 g d'asperges* 
* J'ai ici utilisé des asperges blanches, mais je suis sûre que des asperges vertes iront très bien aussi.



Préparation de la pâte : Verser la farine de pois chiche dans un saladier. Saler, puis ajouter l'eau petit à petit en remuant pour obtenir une pâte fluide.
Laver soigneusement l'ail des ours et le ciseler finement. Ajouter la moitié à la pâte à crêpes.
Laisser reposer au moins 1h.
Préparer le guacamole à l'ail des ours : Couper les avocats en deux, les dénoyauter et retirer la chair. Mixer ou écraser à la fourchette (selon la texture souhaitée : lisse avec le mixer, plus grumeleuse à la fourchette) la chair de l'avocat avec le jus de citron et une pincée de sel. Ajouter le reste de l'ail des ours ciselé. Réserver au frais.
Faire cuire les asperges à l'eau bouillante ou à la vapeur et garder au chaud (par exemple enveloppées dans  un torchon).
Faire cuire les crêpes : Faire chauffer une poêle. La graisser avec un peu d'huile de coco. Lorsqu'elle est bien chaude, y verser une louche de pâte et faire cuire jusqu' à ce que les bords se décollent. Retourner délicatement à l'aide d'une spatule et faire cuire de l'autre côté. Réserver les crêpes au chaud (entre deux assiettes par exemple).
Garnir chaque crêpe d'un peu de guacamole à l'ail des ours, ajouter quelques asperges et refermer la crêpe. Servir de suite avec le reste des asperges et une petite salade.



Rendez-vous sur Hellocoton !